Parcours migrants - Bénédicte Frocaut nous parle de la crise migratoire à Calais et de l'Ideas Box

Bénédicte Frocaut a répondu présente à l’appel de l’APBD pour cette dernière journée de formation du « Parcours migrants ». Elle nous a parlé de la situation générale de Calais, de la crise migratoire, des publics éloignés et de l'Ideas Box. Petit retour sur cette intervention.

Retrouvez l'enregistrement audio complet de l'intervention de Bénédicte Frocaut sur le SoundCloud

 

Directrice du réseau de lecture publique de la Ville de Calais, Bénédicte Frocaut a pris sa fonction calaisienne en 2014 sans imaginer une seconde les évènements qui allaient rythmer le quotidien de la Médiathèque dès son arrivée. Une explosion migratoire touche la ville de Calais de façon générale, et plus particulièrement la médiathèque, puisque c’est le seul lieu gratuit d’accès et où aucune restriction discriminatoire n’est imposée.

Pour rappeler le manifeste de l’Unesco, « Les services de bibliothèque publique sont accessibles à tous, sans distinction d'âge, de race, de sexe, de religion, de nationalité, de langue ou de statut social.». Oeuvrant dans cette philosophie, l’équipe de la médiathèque souhaite vivement permettre aux calaisiens et aux migrants de profiter de leurs services.

Les migrants (beaucoup de jeunes hommes originaires d’Afrique Noire lors de cette "vague") investissent alors la médiathèque pour y avoir un accès à l’eau et aux toilettes, un accès aux prises électriques et un accès à internet.

Cette situation extraordinaire, Bénédicte Frocaut la scinde en trois phases :
Durant la première phase, au vu de l’augmentation de la fréquentation de la médiathèque (+/- 80 personnes attendent l’ouverture des portes chaque jour), l’équipe est renforcée pour pouvoir maintenir l’accueil et surtout l’accueil pour tous. La directrice explique que malgré des conditions difficiles et un règlement pas toujours respecté par les nouveaux usagers simplement en raison de codes culturels différents, elle insiste pour faire respecter les mêmes droits d'accès pour tous. Un travail de médiation est mené auprès des usagers habituels de la médiathèque pour assurer un partage des lieux sans hostilité. Parallèlement à cela, elle alerte sa hiérarchie de la situation qui s’accentue.

Cette première phase a fini par mené à des dérives, comme des abus dans l’utilisation des prises d’électricité (installation excessive de multiprises pouvant mettre en jeu la sécurité du système électrique, débranchement des ordinateurs du personnels, appropriation excessive et exclusive de certaines zones de la médiathèque). La deuxième phase est entamée. Le personnel redouble d’efforts pour réguler la situation, développe un système de pictogramme pour que chacun puisse comprendre et respecter les règles et la carte d’accès est désormais obligatoire pour accéder à la salle de travail.

Ne pas faire de discrimination, c’est aussi ne pas faire de discrimination positive excessive. L’équipe a pour philosophie d’accueillir tout le monde de la même façon. Cela signifie accueillir les migrants au même titre que les calaisiens mais cela signifie aussi imposer les mêmes règles pour tous. L’équipe souhaitait rester vigilante car en cas de discrimination positive, cela aurait créé de la distance entre les différents publics. A la suite de comportements excessifs, Bénédicte Frocaut décide d’imposer la fermeture de la médiathèque (troisième phase) en exigeant quelques changements de la part de sa hiérarchie, dont principalement la sécurisation de toutes les prises électriques pour permettre au personnel de travailler dans des conditions qui ne soient pas sans cesse perturbées. Bénédicte souligne au passage un point important : durant cette période de crise, il n’y a pas eu de hausse de l’absentéisme, ni de grèves, ni de demandes de droit de retrait au sein de l’équipe.

Parallèlement à tous ces évènements, Bénédicte prend contact avec des collègues aux quatre coins de la France en vue d’organiser une journée d’étude consacrée à l’accueil des migrants en bibliothèque. L’objectif était de développer une réflexion et de mutualiser les savoirs et expériences afin de répondre au mieux à la situation d’urgence qui régnait à Calais ou à d'éventuelles situations d'urgence à venir.
Au total, ce sont 210 personnes qui ont participé à cette journée. Cette journée témoignait donc bien du besoin des bibliothécaires d’acquérir des connaissances en matière d’accueil des migrants.

La situation géographique de Calais est particulière puisque face à l’Angleterre. Dès lors, il est difficile de construire des projets à long terme avec des publics qui n’ont qu’une envie : quitter la ville au plus vite pour rejoindre l’autre côté de la Manche. Il faut donc s'adapter en fonction des périodes et des publics.

 

L'Ideas Box

Notre intervenante a également profité de son intervention pour parler de l’Ideas Box, un projet qui lui tient à cœur.

La médiathèque de Calais se situe au cœur d’un territoire pauvre et les publics éloignés de la lecture y sont nombreux. L’idée d'acquérir une Ideas Box n’était donc pas spécifiquement destinée aux migrants mais plutôt à des publics précaires situés en territoires ruraux et péri-urbains.

Capture0L’Ideas Box est une bibliothèque mobile comprenant 4 modules (administration, cinéma, bibliothèque, informatique). Ce kit imaginé par Bibliothèques sans Frontières (BSF) permet d’amener la bibliothèque aux publics.
Le réseau de Lecture publique Calaisien souhaitait développer sa présence hors les murs et le 5 février 2015, le Conseil municipal vote l’acquisition d’une Ideas Box, une première en France pour BSF, organisation historiquement très active en Afrique.

 

10 personnes issues de différents secteurs vont alors volontairement s’insérer dans le projet, partir à Paris pour observer le déploiement de l'objet avant de suivre les premières formations et de s’approprier le matériel.

L’Ideas Box calaisienne est inaugurée en octobre 2015 et depuis est déployée toute l’année à différents endroits : salles de sport, halles, centres commerciaux, centres sociaux,...

 CaptureCapture2Capture3


Ce projet s’est mené en co-construction avec BSF et les deux acteurs ont pu nourrir mutuellement leur réflexion et leur évolution.

« La box est un outil qui nous a permis d'aller au devant des publics méconnus, invisibles, de modifier nos postures professionnelles. Elle nous a aidé à nous reposer la question du rôle de la bibliothèque, des ses missions. Ce n'est pas toujours simple ni confortable car cela nous réinterroge sur nos missions, sur nos manières de faire. »

Retrouvez l'enregistrement audio complet de l'intervention de Bénédicte Frocaut sur le SoundCloud

Le Powerpoint de la présentation est disponible dans l'espace affilié, rubrique "Parcours de formation - ressources"

0
0
0
s2sdefault

Lettre d'information

Adresse e-mail :
S'abonner
 Se désabonner
 

Association Professionnelle des Bibliothécaires et Documentalistes.

Siège social : Chaussée de Charleroi, 85 à 5000 Namur

Bureau : rue Henri Lemaître 78 à 5000 Namur

Téléphone : 0472/94.12.05

Nous contacter 

Suivez-nous

facebook Facebook

google plus Google +

linkedin 1 Linkedin