Présentation de Lirtuel et Eurêkoi à la Foire du Livre


La Foire du Livre de Bruxelles était l'occasion pour la Fédération Wallonie-Bruxelles de présenter ses deux nouveaux projets : Lirtuel et Eurêkoi. Dans le modeste espace réservé au Pôle Numérique, ce sont plus d'une soixantaine de personnes − professionnels de la lecture publique pour la plupart  qui ont assisté à la présentation des deux initiatives.

Jean-François Füeg, modérateur du débat, a d'emblée souligné la volonté inhérente aux projets de respecter l'ensemble des acteurs de la chaîne du livre, de leur conception à leur mise en place. Il a de ce fait insisté sur leur caractère hautement coopératif avant de céder la parole aux intervenants.

 

Lirtuel : la plateforme de prêt numérique

À la base du projet, un consortium numérique a été constitué entre les partenaires que sont les provinces wallonnes, la ville de Bruxelles et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Chaque partenaire a injecté un budget de 5.000€ pour l'achat de titres numériques mis à disposition de l'ensemble des bibliothèques publiques. Le consortium d'achats passe ses commandes sur Librel (le portail numérique des librairies francophones indépendantes de Belgique). Du point de vue technique, c'est la solution Cantook développée par la société québécoise De Marque qui a été retenue.

La parole a très vite été cédée à Alexandre Lemaire pour une démonstration de la plateforme. Le portail Lirtuel.be se veut très ergonomique et intuitif pour l'usager. Pas de fioritures, une recherche rapide est directement accessible en haut du site, et les ouvrages sont ensuite proposés par nouveautés, sélections thématiques, palmarès et sujets. À la date de lancement du site, seuls 220 titres sont proposés, ce qui contribue évidemment à la clarté du portail. L'ambition est d'étoffer rapidement cette offre pour atteindre quelques 2.000 titres en fin d'année et dix fois plus à l'horizon des 5 prochaines années.


lirtuel


Pour emprunter, il suffit d'être membre d'une bibliothèque reconnue du réseau de lecture publique. Les fonctionnalités sont nombreuses puisqu'il est possible de télécharger les livres disponibles sur différents supports (ordinateur, tablette, smartphone) et de lire en mode déconnecté. Le système de prêt est basé sur la chronodégradabilité des fichiers protégés par des DRM Adobe et un filtre de recherche permet de ne consulter que les livres disponibles.

Marc Hébert, de la société De Marque, a ensuite expliqué les solutions de prêt numérique qu'ils développent depuis 2010. Le but de leur projet est d'une part de favoriser le développement de fonctionnalités pour que les bibliothèques trouvent leur place dans le numérique, et d'autre part de développer une meilleure expérience utilisateur. Jean-François Cusson, de Bibliopresto, est quant à lui revenu sur la manière dont a été envisagé l'écosystème de la chaîne du livre à la genèse de la plateforme québécoise pretnumerique.ca. La volonté était d'être en mesure de diffuser du livre francophone. Un consensus a très vite été établi avec les éditeurs, libraires, etc. pour faire des expériences. Le portail a été lancé fin 2011 - début 2012 avec des fonctionnalités minimales. Le succès a très vite été observé, mais les limites du site également : il n'était pas possible de filtrer les livres encore disponibles et l'usager se retrouvait donc face à un ensemble de livres déjà empruntés. Aujourd'hui, l'utilisation de la plateforme s'avère très concluante avec une centaine de bibliothèques partenaires couvrant 800 municipalités, 3.000.000 d'accès à la plateforme et quelques 200.000 usagers.

Retour sur notre territoire avec l'intervention de Philippe Coenegrachts, directeur de la bibliothèque des Chiroux. Il explique pourquoi les provinces ont décidé de se fédérer et de rejoindre le projet Lirtuel. Les notions de mutualisation et de réseaux sont les points forts de ses propos. Avec Numilog et Bibliovox, on voyait déjà l'intérêt d'un tel projet. Trois autres vecteurs sont venus s'ajouter à la volonté de déploiement de Lirtuel : le public, la bibliothèque et l'économique (se mettre ensemble, c'est aussi pouvoir faire pression ensemble). On nous précise qu'à ce stade les trois plateformes de prêt numérique vont coexister et que Lirtuel, offre de service public, n'absorbera pas les deux autres. Les modèles sont dans tous les cas différents : alors que Numilog et Bibliovox se basent sur le streaming et sont des offres de bouquets préétablis, Lirtuel permet plus de libertés dans la constitution du catalogue, lequel est pour l'instant constitué par les membres du consortium. Sans oublier l'avantage offert par Lirtuel de la gratuité du prêt pour les bibliothèques publiques reconnues et leurs lecteurs.

Très vite dans l'assemblée se pose la question de l'accompagnement des bibliothécaires face à ce nouveau service proposé aux usagers. L'exemple du Québec est repris : ils ont poussé les bibliothécaires à développer une expertise locale et la médiation avec les usagers a eu une importance primordiale. Ils constatent par exemple aujourd'hui que les aînés sont de grands emprunteurs de livres numériques. Mais du côté de l'accompagnement prévu en Belgique vis-à-vis des professionnels, les réponses restent évasives. Aujourd'hui déjà, l'usager peut s'adresser à l'une des 350 bibliothèques publiques pour bénéficier du prêt numérique, alors que le bibliothécaire n'en connaît pas forcément le fonctionnement et qu'actuellement toutes ces bibliothèques ne font pas encore de prêt numérique. Un lancement prématuré faisant écho aux débuts de Samarcande ? Mais notons que des formations à l'utilisation de Lirtuel vont être programmées dans chaque province de Wallonie et à Bruxelles dans le courant du second semestre 2015. Pour emprunter sur Lirtuel, il faudra être inscrit sur Samarcande et dans une bibliothèque locale reconnue de la FWB. Au départ, la bibliothèque locale doit simplement cocher une case dans Samarcande qui donne accès à cette base de prêt numérique supplémentaire.

L'économie du système pose lui aussi question, notamment envers les autres acteurs de la chaîne du livre et de leur rémunération. La rentabilité numérique est toutefois difficilement analysable à ce stade. Dans tous les cas, le projet est bon et il fallait s'engager à un moment donné. Lirtuel ne peut désormais que mûrir au fur et à mesure grâce aux retours d'expériences.


Eurêkoi : le service de questions-réponses

Eurêkoi constitue le deuxième projet collaboratif présenté à l'occasion de la Foire du Livre. Silvère Mercier, de la BPI (Bibliothèque Publique d'Information française), présente l'interface et son originalité. Anciennement connu sous le nom de BiblioSésame, le service a été initié par la BPI en 2006. Il s'agit d'un projet de médiation permettant de répondre en ligne aux questions des usagers. Pour l'internaute, le concept est simple : « en moins de 72h, un bibliothécaire répond à vos questions ». Toutes les questions sont légitimes, avec une limitation concernant les domaines juridiques et médicaux.

La valeur ajoutée du projet est donc très forte et méritait d'être bien plus connue et médiatisée. Dans cette optique a été décidée une concentration des moyens avec la Belgique. C'est ainsi que le service a récemment été rebaptisé Eurêkoi et que le réseau s'est élargi. À ce jour, 26 bibliothèques situées en France et 21 en Fédération Wallonie-Bruxelles sont associées à Eurêkoi. Le service compte environ 120 bibliothécaires formés à la recherche documentaire sur internet.


eurekoi1
Carte des bibliothèques qui participent au réseau.



D'un point de vue stratégique, Eurêkoi a décidé d'assurer une présence sur plusieurs canaux. Il est ainsi possible de poser des questions sur le site web Eurêkoi, sur les sites des différents partenaires, ou encore sur Facebook.

Silvère Mercier présente Eurêkoi comme « un remède à l'infobésité ». Dans un contexte où l'information est accessible partout pour tous, le besoin d'accompagnement est d'autant plus présent. Trop d'info tue l'info, et bénéficier de l'aide d'un professionnel pour effectuer ses recherches constitue une plus-value énorme. Le partage des compétences et la mutualisation des réponses s'avèrent très intéressants. Dans le cas de la page Facebook d'ailleurs, l'usager lambda peut lui aussi partager ses connaissances puisqu'il peut interagir avec les autres utilisateurs.

Pour les professionnels qui souhaiteraient rejoindre le réseau ou en savoir davantage, le site sqrpro.fr répond aux interrogations sur Eurêkoi, reprend la charte des partenaires et d'autres informations utiles.



0
0
0
s2sdefault

Lettre d'information

Adresse e-mail :
S'abonner
 Se désabonner
 

Association Professionnelle des Bibliothécaires et Documentalistes.

Siège social : Chaussée de Charleroi, 85 à 5000 Namur

Bureau : rue Henri Lemaître 78 à 5000 Namur

Téléphone : 0472/94.12.05

Nous contacter 

Suivez-nous

facebook Facebook

google plus Google +

linkedin 1 Linkedin