« Tracer nos politiques culturelles pour le XXIe siècle : Faire bouger les lignes »

 

Le lundi 19 janvier 2015, Madame Milquet, vice-présidente du Gouvernement de la FWB et ministre de l'Education, de la Culture et de l'Enfance s'adressait au secteur culturel pour présenter les lignes de force de sa politique culturelle.

 

« Bouger les lignes » a pour objectif de construire la nouvelle offre culturelle du 21e siècle.

 bouger les lignes

  

Il faut en effet s'adapter aux changements sociétaux relevés par la Ministre, à savoir :

  • La révolution de la numérisation et la globalisation qui induisent de nouvelles relations entre publics, créateurs et œuvres, des transformations dans le rôle des intermédiaires institutionnels, de grands potentiels de création numérique, des risques de mercantilisation et de fracture numérique dans la société, etc.
  • L'interculturalité et la diversité de la société
  • L'interdisciplinarité et le décloisonnement nécessaire de l'offre culturelle : le monde culturel du 21e siècle repousse les cloisonnements sectoriels et décrétaux passés
  • L'évolution de la gouvernance en Belgique et en Fédération Wallonie-Bruxelles : la dynamique culturelle du 21e siècle ne peut pas se concevoir dans un éparpillement des moyens, des stratégies et des ambitions.

 

 

Bouger les lignes : 3 axes pour une nouvelle politique culturelle.

 

La Ministre construit sa politique culturelle sur les 3 axes suivants :

 

 

1. Déployer une nouvelle offre basée sur :

  • Le soutien renforcé à l'artiste et à la création artistique.
    Une aide aux créateurs en termes de services d'accompagnement, d'apprentissage et de formation continue, d'amélioration de leur statut et d'emploi, de diffusion et de promotion, de financement public/privé et d'économie créative.
    Ce dernier point paraît être une préoccupation majeure de la ministre.
    Les institutions auront un rôle d'intermédiaires actifs dans la diffusion de la création.
  • La nouvelle alliance Ecoles-Culture, autre point important, passera par une meilleure intégration des arts dans les politiques éducatives : la créativité à l'école, les artistes dans les classes, un plan culturel pour chaque école et un plan d'action scolaire pour les institutions culturelles, bref, une collaboration renforcée entre les artistes, les écoles et le secteur culturel.
    Un plan lecture sera déployé avec notamment le renforcement du programme « écrivains en classe » et une campagne de sensibilisation à la lecture des plus petits.
  • L'élaboration d'un plan culturel numérique francophone dont les axes stratégiques seront le soutien à la jeune création artistique numérique (Festival du Numérique, Nuits numériques partout en FWB) et au développement de pôles de création numérique en lien avec les Régions, aux plateformes collaboratives (par exemple la plateforme de prêt numérique des bibliothèques) et au secteur du livre dans sa révolution de lecture numérique, à la création de contenus innovants, mission possible pour laquelle centres culturels, bibliothèques et PointCulture devraient collaborer.

 

2. Soutenir une nouvelle demande culturelle et l'accès à de nouveaux publics

L'alliance culture-écoles donne toute son importance aux jeunes publics et en particulier aux enfants et à la petite enfance. Le théâtre et la musique jeune public seront refinancés.
Un cadre encourageant la mixité et l'inter culturalité dans les programmes et dans les équipes sera établi, par exemple en valorisant les nouvelles expressions artistiques urbaines.
Une nouvelle politique de démocratisation culturelle pour rencontrer la demande de publics fragilisés et autres sera déployée en renforçant l'action d'article 27 et le rôle des médiateurs culturels, en créant un pass unique, en réfléchissant aux questions des horaires d'ouverture et de prestations et des tarifications.

 

 

3. Construire une nouvelle gouvernance culturelle

Le décloisonnement institutionnel conduira l'action de la Ministre avec un nouveau code des matières culturelles, des principes conduisant à un véritable développement territorial culturel avec de vrais pôles culturels décloisonnés comprenant des salles de spectacle, des musées, des bibliothèques, des espaces numériques et regroupant les institutions de diffusion, de création et de médiation.
Il s'agit de fédérer les stratégies, les projets, les lieux, les publics les financements.
Une réforme des instances d'avis est également envisagée, ainsi que des ponts avec la Flandre, la Francophonie et l'Europe.

 

Pour mettre en œuvre ce vaste plan, la Ministre propose un processus participatif via la mise en place des 6 coupoles de discussion sur le site www.tracernospolitiquesculturelles.be

 

 

L'APBD souligne que :

  • les concepts repris au décret du 30 avril 2009 de démocratie culturelle (la culture par tous et non seulement pour tous) et d'éducation permanente n'ont pas été mentionnés dans cette présentation ;
  • le travail des associations, des centres culturels, des maisons de jeunes, des bibliothèques, etc. ne semble plus être au cœur du déploiement politique à venir ;
  • les bibliothèques publiques sont reconnues comme actrices du plan culturel numérique ;
  • la médiation culturelle est au service de la création artistique ;
  • la gouvernance nouvelle impliquerait une révision des décrets...
0
0
0
s2sdefault

Lettre d'information

Adresse e-mail :
S'abonner
 Se désabonner
 

Association Professionnelle des Bibliothécaires et Documentalistes.

Siège social : Chaussée de Charleroi, 85 à 5000 Namur

Bureau : rue Henri Lemaître 78 à 5000 Namur

Téléphone : 0472/94.12.05

Nous contacter 

Suivez-nous

facebook Facebook

google plus Google +

linkedin 1 Linkedin