Portrait de la bibliothèque La Rollandine de Saint-Ghislain

Début août, c’est à la bibliothèque communale de Saint-Ghislain que l’APBD établissait ses quartiers pour une journée de travail. J'en profite pour en dresser le portrait.

 

Une infrastructure axée sur l'accessibilité

la rollandineSituée en plein centre-ville (dans l’avenue de l’Enseignement, parallèle à la rue commerçante), la bibliothèque occupe les locaux d’un ancien magasin d’articles de jardinage depuis 2004. Avant cette date, la bibliothèque se trouvait à côté du foyer culturel, à deux pas de l’actuelle. Sur place, des baies vitrées donnant sur les panneaux et livres exposés au rez-de-chaussée engagent véritablement le passant à pousser la porte. On aperçoit même de l’extérieur un présentoir de « livres à donner ».

Sur le seuil, je m’interroge sur l’appellation « La Rollandine ». On m'explique qu’à l’occasion du déménagement de la bibliothèque, un concours a été proposé aux habitants pour définir le nom du lieu. Une association de séniors a remporté le prix avec son idée de Rollandine, faisant à la fois écho auxbibliothèques Albertine et Mazarine et à la personnalité de Jean Rolland, illustre personnage saint-ghislainois qui a notamment fondé l’institut d’Histoire et d’Archéologie du Hainaut, lequel permettait à l’époque de devenir bibliothécaire.


À l’intérieur, je pénètre dans un espace très aéré sur deux étages. Le déménagement de la bibliothèque a permis de (re)penser stratégiquement l’agencement de la bibliothèque afin de toucher tous les publics. Les larges allées et l’ascenseur joignant les deux étages permettent entre autres l’accès aux locaux des personnes à mobilité réduite et une circulation aisée de tous.

 

IMG 20150804 170647 bis

 

Le rez-de-chaussée est consacré à la section adultes et s’étale sur tout l’étage, en un seul grand espace. Des écriteaux suspendus orientent l’usager vers les coins « romans », « documentaires » ou « bandes dessinées ». Sur la droite, j'aperçois une bande d’ados profitant de la salle de lecture. En s’enfonçant au-delà du comptoir de prêt, je découvre un espace multimédia avec 8 postes fixes.

 

IMG 20150804 170625 bis  IMG 20150804 170845bis 

 

 

Dans un coin du rez-de-chaussée, je me surprends à tomber nez à nez avec un Émile Jadoul « tout en cœur » et aux couleurs d’Elmer. L’une des 8 bibliothécaires m'explique l’origine de ce « sanctuaire ». Dans le Hainaut, les bibliothèques qui ont la petite enfance dans leur plan de développement ont travaillé sur les livres d’Émile Jadoul et ont créé un module assez conséquent accompagné d’un spectacle : Bisous, Guilis et compagnie. L’équipe de Saint-Ghislain s’est basée sur le travail réalisé pour se réapproprier le spectacle et le réadapter à sa sauce. L’auteur n’ayant pu se rendre présent lors de l’événement, l’équipe souhaitait tout de même lui accorder une place privilégiée dans le décor. Et comme la récup’ est dans l’air du temps, le mobilier a été installé de manière permanente dans la bibliothèque. Le résultat réussi ne manque pas d’intriguer le lecteur.

 

IMG 20150804 171027 bis

 

On peut ensuite se diriger vers l’étage consacré à la section jeunesse. Une belle grande salle pour les tout petits offre un espace d’animation cosy et modulable à l’envi.

 

IMG 20150804 165129bis

 

D’autres salles proposent des consultations de magazines, de romans et de bandes dessinées. 

 

IMG 20150804 164952 2bis IMG 20150804 165000 2bis

 


Des plantes vertes disposées ici et là sont une invitation à se diriger vers l’extérieur. Effectivement, sur ses deux étages, la bibliothèque dispose d'une magnifique terrasse. Durant l’été, des ateliers « Papote en terrasse » y sont organisés.

 

IMG 20150804 173230 bis

 

 

Quelques particularités

Pour Fabienne Gérard, la bibliothécaire-dirigeante, la particularité de son institution est que l’équipe se remette constamment en question, qu’elle fasse en sorte de coller aux besoins du public avec les moyens du bord sans toutefois se plier systématiquement à ce qui est dans l’air du temps. Ce qui importe ici, c’est d’amener une touche particulière avec de l’esprit critique. Mais n’est-ce pas là le cas de toutes les bibliothèques ? On perçoit en tout cas l’attachement de Fabienne Gérard pour le projet global et le dynamisme qu’elle insuffle à toute l’équipe. 

L’une des autres caractéristiques de La Rollandine tient dans l’engagement du public dans les projets de la bibliothèque. Il y a une dizaine d’années a été mis en place un club de lecture « traditionnel » où chacun amenait un livre qui tournait dans le groupe. Après quelques années, le modèle a évolué pour qu’aujourd’hui chacun lise le même ouvrage simultanément. Jusque-là rien d’extrêmement particulier. Mais il se fait que ce club de lecture est devenu bien plus que cela : il s’agit désormais d’un groupe d’amis, de personnes actives et présentes dans le quotidien de la bibliothèque. Ces personnes proposent des lectures à voix haute lors de la Fureur de Lire, prennent en charge certaines rencontres, participent réellement au présent et au devenir de l’institution. Le groupe a évolué au fil des années et le pari de convertir les « consommateurs » en « acteurs » semble réussi (bien que la notion même d’acteur reste difficilement mesurable).  

Petite nouvelle dans le paysage Saint-Ghislainois, il faut aussi noter la présence de la ludothèque « Les Oursons » à 500 mètres de la bibliothèque. Celle-ci fait partie du même réseau depuis bientôt deux ans, bien que les PO soient distincts. Les implications avec l’équipe de la bibliothèque sont très fortes et les ludothécaires ont d’ailleurs pris part à l’élaboration du plan de développement de la lecture.

 

Une animation coup de cœur  

Je termine ma visite en me renseignant sur une animation coup de cœur. Jamila Drissi choisit de me présenter l’atelier « Mémoire », dont l’idée est issue du documentaire de Yasmina Benguigui. En trois séances, les jeunessont interrogés sur la mémoire au sens large : d’où ils viennent, ce que leurs parents leur ont transmis et ce qu’eux-mêmes ont envie de transmettre ; en d’autres termes l’empreinte qu’ils veulent laisser dans le monde. Le constat de base est qu’il ne faut pas attendre d’être octogénaire pour avoir quelque chose à transmettre, que cela se fait partout, tout le temps et à tout âge. Cet atelier sert de véritable tremplin pour les réflexions futures et permet de tisser un lien entre l’école, les parents, les enfants et la bibliothèque. Il s’agit aussi d’apprendre à être à l’écoute l’un de l’autre.

 

Pour terminer, je remercie chaleureusement l’équipe de la bibliothèque qui m'a accueillie avec soin… et avec une bonne dose de café !

Charlotte Docquier, coordinatrice de l'APBD

 

 

Bibliothèque communale de Saint-Ghislain La Rollandine

Adresse : avenue de l’enseignement 2 – 7330 Saint-Ghislain

Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél : 065/76.20.20

 

0
0
0
s2sdefault

Lettre d'information

Adresse e-mail :
S'abonner
 Se désabonner
 

Association Professionnelle des Bibliothécaires et Documentalistes.

Siège social : Chaussée de Charleroi, 85 à 5000 Namur

Bureau : rue Henri Lemaître 78 à 5000 Namur

Téléphone : 0472/94.12.05

Nous contacter 

Suivez-nous

facebook Facebook

google plus Google +

linkedin 1 Linkedin