Auditions des secteurs socioculturels

Ce jeudi 12 novembre, 9 fédérations représentatives de plusieurs secteurs socioculturels ont été auditionnées par la Commission Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour défendre des enjeux communs.

 

Tour à tour, les bibliothèques, les musées, les CEC, les centres culturels, les archives et l'éducation permanente ont mis en avant leurs constats et les signaux faibles des différents secteurs, en présence de la Ministre de la Culture et de nombreux parlementaires, lesquels se sont montrés attentifs à nos inquiétudes.



IMG 20151112 092238


Pour la lecture publique (APBD, FIBBC), les constats avancés étaient les suivants :

  • Le Décret du secteur date de 2009 et son arrêté d’application date de 2011.
  • Une absence de moyens est relevée pour financer le décret à sa juste valeur, il existe une réelle incertitude quant au financement et à l’application du décret.
  • La Lecture publique est le secteur le plus impacté par les mesures budgétaires. Effectivement, avec la logique d’enveloppes fermées et au-delà de la réduction linéaire de 1% appliquée au secteur socioculturel, les calculs réalisés par le Service de la Lecture publique pour répercuter la réduction de budget sur les subventions de fonctionnement de l’ensemble des bibliothèques a dû être diminué de 19% (les subventions étant limitées à 81% de leur valeur et non aux 99% prévus dans le décret-programme). La Ministre de la Culture a récemment promis que des efforts seraient consentis pour dégager des marges dans le cadre des enveloppes pour résoudre en partie les problèmes de reconnaissance. Dès lors, en 2016, le montant de l’économie devrait être ramené à 1% comme pour les autres secteurs.
  • L’emploi est directement impacté par cette réduction linéaire dans la mesure où la subvention en fonctionnement est en partie dédiée à l’emploi.
  • Les paliers de progression sont bloqués au niveau atteint en 2014 (normalement progression sur une échelle de 60 à 100 % en 5 ans).
  • Une augmentation de subsides en lien avec un accroissement de la population n’est plus d’actualité.
  • Pour les années 2015 et 2016, le Gouvernement n’opère aucune nouvelle reconnaissance. Deux trains de reconnaissance sont dès lors bloqués : l’un de 22 bibliothèques (dossiers rentrés en 2014), l’autre de 18 bibliothèques (dossiers rentrés en mars 2015).
  • Les bibliothèques reconnues qui voient leur évaluation reportée d’un an ou de deux ans sont dans le flou : elles ne savent pas ce qu’elles doivent mettre en oeuvre et avec quel budget pour la période non reprise dans leur plan de développement de 5 ans.
  • De nombreux projets repris dans les plans de développement des bibliothèques ne peuvent être développés, faute de moyen.
  • Une démotivation des équipes est constatée face aux nombreuses incertitudes et à la non-application du décret, lequel avait pourtant rencontré l’engouement des professionnels et avait redynamisé le secteur.


Nous vous invitons à consulter dès à présent quelques documents :

- le dossier de presse réalisé par la plateforme socioculturelle (communiqué de presse et constats des différents secteurs).

- les schémas et chiffres présentant les réalités de chacun des secteurs



Nous avons également bénéficié de différents relais dans la presse :

- article paru dans Le Soir

- article paru dans Le Vif

- article paru dans L'Avenir

 

Nous restons à votre disposition pour plus d'informations au sujet de ces auditions ou de la plateforme socioculturelle.

 

0
0
0
s2sdefault

Lettre d'information

Adresse e-mail :
S'abonner
 Se désabonner
 

Association Professionnelle des Bibliothécaires et Documentalistes.

Siège social : Chaussée de Charleroi, 85 à 5000 Namur

Bureau : rue Henri Lemaître 78 à 5000 Namur

Téléphone : 0472/94.12.05

Nous contacter 

Suivez-nous

facebook Facebook

google plus Google +

linkedin 1 Linkedin